Bienvenue visiteur, pour poster sur ce forum vous devez vous enregistrer.
Présentations Flux RSS MembresRecherche
Pages : 1 2
Les archives perdues d'Arpège
Les archives perdues d'Arpège posté le [27/06/2017] à 12:29

Tu as entièrement raison Julien, maintenant que tu me le fais remarquer c'est vrai qu'il serait absurde qu'elle ne se soigne pas un minimum pour ne pas mourir… 😯 Je rajouterais un court passage sur cette idée prochainement je te remercie ! :)


On va y travailler pour vous le faire partager en avant première 😉 Et j’essaierais de ne pas être trop glauque pour que ça reste tout public x)


Les archives perdues d'Arpège posté le [27/06/2017] à 16:16

Pour aller dans le sens de Julien, c'est vrai que je me suis moi-même posé la question "euh l'Ygwan est plus mal en point qu'elle…pourquoi elle ne l'achève pas pour s'arroger la victoire et se soigner ensuite?"

mais le texte montre bien que la Feling ne se rappelle du thème du combat qu'à la toute fin ^^


Les archives perdues d'Arpège posté le [28/06/2017] à 06:39

Enfaite l'objectif du jeu est de désarçonner les joueurs : plus je blesse mon adversaire, plus je le fais gagner. J'ai donc tout intérêt à me mutiler pour remporter la victoire. Mais le thème précise bien survivre, il y a donc la condition d'être en vie à la fin du chrono. En soit, si l'Ygwan n'avait pas fait le choix de vouloir prendre la Feling de vitesse et avait pris une arme pour lui ouvrir la gorge, le jeu était plié en deux secondes x) C'est l'effet "psychologique" malsain de gagner des points qui les préoccupe, car pour évaluer leur victoire ou leur défaite ils n'ont que leur score comme repère, donc ils foncent dans l'idée de se torturer pour l'augmenter =)


Par contre l'idée qu'elle se tranche un bras sans garrot… Honte à moi quand je me suis relu x)


Les archives perdues d'Arpège posté le [22/08/2017] à 06:30

Voilà la troisième nouvelle sur le thème des archives perdues d'Arpège ! J'ai mis un peu de temps j'ai été pas mal pris dans d'autres projets…


Elle vient en introduction à un scénario rédigé en collaboration avec Epinards sur le thème de mes nouvelles. Sans plus attendre…


Rapport d’intervention sur centre de donnée sécurisé établi par Célia Prometh. Enregistrement des pensées émises par l’esprit de l’individu lors de la mission X9-836, nom de code « De proie à chasseur ». Stockage sur archive au sein d’Harmonie II. Accès réservé exclusivement à Neurone.


Comment faire ? Cette fois, je ne sais pas comment nous allons nous en sortir… Je ne veux pourtant pas faire ce plaisir à Yann, qui rêve depuis longtemps de me voir échouer. C’est ma faute, c’est moi qui ai risqué leurs vies… Gordon est blessé, si nous attendons trop longtemps il risque de…

Neurone m’avait pourtant averti que cette mission risquait d’être difficile. J’aurais du l’écouter. Lui qui m’a toujours protégé et mis en avant, je ne veux pas le décevoir… Depuis toute petite, il est le seul qui a toujours cru en moi. Alors qu’ais-je fait ?…

Je me rappel l’époque où j’étais enfant, où nous n’étions pas encore matérialisé sur le réseau. Le nouvel ordre dominait de toute sa puissance et Altaïr, ce vieux Leïmos infâme, nous asservissait pour que nous entretenions ses secrets et ses manigances contre l’ensemble de nos concitoyens. Neurone, qui en façade lui jurait allégeance, passait son temps à protéger ses fidèles du courroux de l’homme dieu. Je suis orpheline et il était le seul à se préoccuper de moi. Plusieurs fois il m’a consacré de longues heures pour me conter ses secrets, en me mettant dans les confidences les plus dangereuses, tout en sachant que je ne répéterai rien. Je me demande d’ailleurs souvent s’il le faisait pour moi ou pour alléger sa conscience…

S’il se soumettait à toute ces horreurs, c’était pour mettre à bien son plan qu’il chérissait depuis tant d’année : recueillir tout les membres de l’église du Rat pour les mettre en lieu sûr. Il rêvait d’une communauté qui prendrais soin des humains et qui bâtirait une magnifique cité dans laquelle tout le monde pourrait vivre en sécurité. Mais tant que la tyrannie des hommes dieux sévissaient, il ne pouvait rien entreprendre…

Il fut un des premiers à découvrir l’existence d’Aïon, celui qui complote en secret, la plus grande menace de l’Héossie, le souverain du REZO. Lorsqu’il entreprit de le percer à jour, Neurone ne pu s’empêcher de trembler face à la puissance de cette intelligence artificielle qui semblait venir d’un autre temps. « Impossible qu’Arpège, que j’ai moi-même créé, puisse mettre au monde un être pareil Célia… Je ne sais pas quoi faire, je ne peux pas l’arrêter… » me répétait-il sans arrêt.

Et même lorsque tout semblait jouer en sa faveur, que la révolution allait éclater, que les hommes dieux allait être déchus, Neurone avait compris une chose : aucun héossien ne le laisserait essayer de rétablir la civilisation d’Harmonie. Toutes les églises tomberaient et serait destituées. La colère envers l’espèce humaine serait trop forte, malgré l’aide des grandes familles rien ne pourrait prospérer comme il le souhaitait.

Alors sa plus grande peur à émergée et s’est imposée comme une réalité à ses yeux : dans ces conditions, qui arrêtera Aïon ? Qui s’en préoccupera ? Qui sauvera les Rats qu’il a si longtemps protégés ? Il n’avait plus le choix. Avec les meilleurs Infotek de l’église, dont Yann Malabore faisait parti, il mis au point un moyen pour matérialiser nos vies sur Arpège afin de récréer Harmonie et de stopper Aïon en arrêtant ses plans et en révélant ses secrets aux mondes.

C’est ça, l’objectif de notre escouade dont je suis à la tête, et de tout mes confrères. Après avoir échappé à la vengeance des hommes dieux et à la violence de la révolution héossienne, Neurone nous a appris la programmation et la navigation sur Arpège. Comme un essaim, nous nous sommes répandus sur tout les univers afin de glaner toutes les informations possibles et les faire remonter à notre leader. C’est lui prend toutes les décisions sur la construction d’Harmonie II au sein du REZO et sur nos interventions pour bloquer l’avancé d’Aïon.

J’ai été particulièrement suivi par Neurone qui ma appris tout les secrets sur Arpège et sa conception. Il m’a toujours traité avec amour comme sa propre fille. C’est ainsi que j’ai réussi à démontrer la force de caractère nécessaire et des surprenantes compétences pour maitriser ce nouvel environnement irréel. Il m’a nommé à la tête d’une petite escouade comprenant également Yann Malabore et son fils Gordon Malabore. Nous étions plus nombreux à l’origine, mais Aïon nous chasse et s’amuse à nous éliminer sournoisement un par un. Nos effectifs commencent à être court…

Yann est un homme bon, mais son orgueil lui fait défaut. L’idée que lui, qui a travaillé au côté de Neurone, qui a participé au grand projet pour sauver nos vies sur Arpège, soit aux ordres d’une petite jeune arrogante, lui semble insupportable. C’est pour autant un homme droit qui respecte les ordres, mais qui n’hésite pas à me contester devant mes compères et je le surprend souvent à rêver de me voir tomber.

Quoiqu’il en soit, c’est grâce à lui que notre mission a pu voir le jour. Il a repéré plusieurs connexions Nécrotek sur un univers sécurisé, susceptible de contenir des informations sur les projets d’Aïon. Neurone a considéré son rapport, mais a estimé qu’une mission serait trop dangereuse. Je l’ai supplié. Après tout, c’est la seule piste que nous ayons pour débusquer des informations sur cette entité maléfique qui a décimé tant de nos frères. Nous pouvons continuer d’observer, nous pouvons même nous cacher sur Harmonie II s’il le faut, mais si nous ne tentons rien pour empêcher l’expansion des plans d’Aïon, il vaincra. Il a alors cédé, et c’est là qu’à commencé la mission X9-836 dans laquelle je vais sûrement perdre la vie…

L’univers sur lequel ont été repérées les connexions Necrotek ressemblait à un immense marais surplombé par des montagnes d’excréments immonde et répugnantes. Rien ne laissait penser qu’il y avait une potentielle information compromettante. Aucun terminal sur lequel se connecter, aucun cybérien à interroger, rien…

Malgré des recherches sur plusieurs jours, où nous pouvions difficilement sortir des sentiers battues afin de ne pas attirer l’attention, j’ai contredis les ordres de Neurone malgré les réprimandent de Yann. Il nous fallait un joker, un coup d’avance sur Aïon. Notre peuple avait besoin d’avancer, de croire à l’espoir de vaincre ce monstre et de vivre en paix.

J’ai piraté la chaine en essayant d’accéder au code Note. J’ai forcé l’entré.

Alors tout a basculé. Les marais, les tas d’excréments, l’odeur, l’horizon. Nous avions vue juste : si il y a des remparts qui viennent nous bloquer, c’est qu’il y a des choses à protéger.

Les premiers d’entre eux ont été vite franchit. Yann est très doué, et face à cette situation il a tout de suite cessé ses réprimandes pour m’aider à percer à jour les plans d’Aïon. Nous sommes d’abord passés d’un labyrinthe titanesque où les murs se déplaçaient, à une interprétation de symbole de diverses langues codant l’accès au troisième rempart. Nous allions vite, et rien ne semblait nous arrêter.

Les difficultés ont alors commencé : un minuscule couloir s’imposa à nous et des assaillants venus de toute part se mirent à nous tirer dessus. Les défenses furent immédiate : la matérialisation d’objet est la spécialité de Yann qui nous avait déjà ouvert une voie dans le labyrinthe quelque instants auparavant. De mon côté, la navigation et le codage restaient la priorité pour passer au rempart suivant. Je n’avais jamais vue autant d’explosion et de mort. Les cadavres de programmes s’entassaient, et les soldats que créait Yann sur ruaient sur l’ennemi pour mourir dans des actions kamikaze.

Tout à coup, Gordon fut blessé au bras par une balle perdue. Yann, en voyant son fils dans cet état, perdis de sa concentration et nos défenses commencèrent à céder. Heureusement pour nous, c’est à ce moment précis que j’ai réussi à décoder ce traquenard pour passer au rempart suivant.

A nouveau tout a basculé. Pour le pire.

Le noir absolu. Le vide. L’errance.

J’ai d’abord entendu Yann hurler le nom de son fils qui n’a jamais répondu, puis plus rien.

Ce qui nous amène à maintenant et je ne sais plus quoi faire… Je ne trouve pas de connexion possible.

Je dois me dépêcher d’enregistrer mon rapport pour le transmettre à Neurone, que tout ne soit pas perdu… Ma poitrine se sert, mon corps tremble.

Qu’ais-je fais ? Nous ais-je tous amenés vers la mort ?

Des rires. Des pleurent. Qui est-ce ?

« Laisse-les. Sauve nous… »

Cette voix résonne et je n’arrive pas à l’arrêter. Je vois des jets de lumières vives qui arrivent par intermittences. Ça m’aveugle. Ça m’empêche de me concentrer. Je n’arrive pas à voir d’où elles viennent.

« Court. N’avance pas plus. Sauve nous, car tu mérites de mourir »

Mes jambes cèdent. La fatigue me gagne, et je sens la sueur perler à grosse gouttes sur mon front. Je tremble et j’ai froid, pourtant il n’y a pas une brise de vent. Neurone me fait face, son air déçu peint son visage.

Pourquoi ais-je entrainé Yann et ce pauvre Gordon avec moi ? Je ne mérite pas ce qui m’arrive, je n’ai jamais voulu leur faire du mal. Je voulais avancer, trouver un moyen de…

« Regarde. Regarde ce que tu viens de nous apporter. » me dit-il.

L’obscurité s’est défaite. Neurone me regarde avec tant de haine… Et je ne peux contenir mes larmes en voyant Harmonie II derrière lui, réduite en cendre par des centaines de Nécroteks dévorant les cadavres de mes camarades… A travers moi, Aïon a-t-il trouvé un moyen d’accéder à notre chère citée ?… Qu’ais-je fais ? S’il vous plait, arrêtez ça… Pardon… Faites que ces voix s’arrêtent…

« Regarde donc ce que tu as fais. C’est de ta faute, uniquement de ta faute. Regarde. REGARDE ! »

Pardon…

Puis un second souffle. Je n’arrive pas à retenir mes régurgitations et vomi à mes pieds. C’est la main de Gordon sur mon épaule qui me rappel la réalité : nous essayons d’infiltrer une place forte d’Aïon, et nous devons nous dépêcher. Peut m’importe qui de Yann, qui me jette un regard de colère mêlé à de la haine, ou de son fils Gordon, bienveillant mais blessé au bras par un tir, à réussi à nous sortir de cette psychose qui aurait pu tous nous tuer. Peut m’importe car nous touchons enfin au but.

Tout semble plus calme à présent. Nous sommes dans une grande salle ronde en métal dans laquelle d’immenses conduis cylindriques semblent déboucher. Il y a une console Arpège en face de nous, et plus aucune menace à l’horizon. Nous y sommes, nous devons extraire les informations et fuir au plus vite.

Un frisson me parcours. Qu’allons-nous découvrir ?… Nous allons enfin prendre l’avantage sur notre adversaire. Nous allons enfin pouvoir venger tous nos frères morts… Un immense hologramme faisant office d’interface s’affiche au contact de ma main.

« Centre de donnée vide. Aucune sauvegarde. »

Rien. Absolument rien. J’ai beau chercher, interroger, et essayer de pirater cette satané console : le néant. Tout ce que nous venons d’affronter n’est qu’un immense traquenard. Un piège de plus posé sur le parcours de la chasse au Rat entreprise par Aïon…

Un petit rire de désespoir m’échappe lorsque je me rends compte que la pièce est isolée à toute forme de navigation : nous ne pouvons pas sortir. Nous ne pouvons plus rien faire… « Les allumés », ce nom me correspond parfaitement. Qui d’autre que moi aurais été assez fou pour foncer tête baissée dans un piège pareil et aussi évident ?

Gordon, en entendant son père hurler de rage et d’incompréhension, s’effondre lui aussi en larme. Malgré son jeune âge, il a compris que nous allions mourir. Yann Malabore, dans sa rage, se rue sur moi pour me rouer de coups.

C’est un immense cris venant des conduis cylindrique qui l’interrompis. S’ensuivit plusieurs autres, mais nous savons tous ce qu’il en ait. Des Démons. Ces êtres, fruits d’une expérience hasardeuse que nous avons nous mêmes entreprit avant de nous exfiltrer sur le REZO, sont de terribles gardiens souvent utilisé pour broyer les esprits de personne pointant leur nez dans des lieux qui leurs sont interdit sur Arpège. Et c’est notre cas.

A mon avis, ils seront sur nous dans quelques minutes à peines, et nous ne pourront plus rien faire. Ils seront légions, et nous anéantiront purement et simplement.

Encore une victoire d’Aïon. J’aurais aimé voir l’achèvement d’Harmonie II, notre maison, notre foyer… Pardon Neurone, tu avais raison et je n’ai pas été à la hauteur…

« Ne perdez pas espoir si vite. Malgré ce que veux vous faire croire Aïon, vous avez encore un rôle à jouer pour déjouer ses plans. »

La voix rauque et sage vient de derrière nous. Sans avoir le temps de nous retourner, des barricades métalliques qu’il nous était pourtant impossible de créer viennent de boucher chacun des tunnels donnant accès au lieu où nous sommes.

« Les Démons sont bloqués pour le moment. Je m’occuperais d’eux ensuite, mais vous concernant vous devez partir. Et vite. »

C’est un vieux Woon, couvert de divers grigri, d’une tunique étrange et d’intrigants petits objets à engrenages, qui s’adresse à nous. Difficile à dire s’il est réellement présent : son regard semble porter au loin, et sa présence est dérangeante… Comme s’il était à plusieurs endroits à la fois. Méfiante, je m’adresse à lui :

« Qui êtes-vous ? »

« Neurone répondra à ta question. Pour l’heure j’ai besoin de vous alors je vais êtres bref : Aïon a effectivement un plan de prévu pour l’Héossie et Arpège. Il gère en secret une cité cachée nommée Menelik qui est gouvernée par des Nécroteks. Et l’information de son emplacement lui a échappé, vous devez la récupérer. »

Les Démons commencent à faire plier les barricades dressées par ce Woon étrange. D’un simple regard autour de moi, je vois Yann commencer à dresser un chemin de fuite pour nous ramener à Harmonie II en sécurité. Le woon semble avoir réussi à déverrouiller ce qui nous retenait ici malgré nous. Mais me concernant je dois en savoir plus.

« Où ? Et comment ? »

« Aïon ne laisse jamais aucune donnée le concernant derrière lui. Il prend soin de tout contrôler, de tout effacer. Mais une situation inattendue à surgit : une des nombreuse chaînes qu’il utilise pour se déconnecter de Menelik afin de brouiller les pistes a été envahie par une incarnation qui prenait forme sur le REZO. Tout l’univers a été écrasé pour laisser place à un jeu malsain nommé l’Ancien Songe pendant lequel l’incarnation dévore l’âme des participants malchanceux. Il subsiste cependant plusieurs passages de l’ancien code Note lors des jeux, et retrouver la piste de Menelik est donc… »

Un Démon vient de briser une des défenses. Sans sourciller, et d’un simple mouvement en arrière de la main, le woon l’immobilise dans les airs. On pourrait le croire capable de lire le code source de ce Démon et de le rendre inoffensif en quelques instants. Jamais je n’ai déjà vu pareil exploit. Un tel talent, comme si le REZO lui même lui réponds, lui obéit… Mais lui, sentant les Démons affluer de plus en plus, semble pourtant s’inquiéter.

« Partez vite maintenant. J’ai peur qu’Aïon nous écoute et que je ne puisse plus vous protéger. Vous devez participez à l’Ancien Songe si vous voulez déjouer ses plans. Partez ! »

Yann me tire soudainement à lui pour fuir. Mon regard ne cesse cependant pas de fixer ce woon mystérieux. En nous voyant nous échapper, il semble prendre plaisir à l’idée d’affronter les sbires d’Aïon. L’idée que ce soit lui qui nous ais extirpé de la psychose émerge alors en moi. Il nous aurait donc sauvé la vie deux fois avec aisance aujourd’hui…

Beaucoup de question se bouscule dans ma tête tandis que les deux membres de la famille Malabore m’exfiltre jusqu’à Harmonie II. Je sais que Neurone pourra y répondre. Il a ses plans. Et s’il n’en a pas, il en bâtira.

L’Ancien Songe… Aux vues des risques que je viens de faire courir à mon équipe, Neurone ne m’autorisera jamais à y participer. Je ne lui laisserais pas le choix. Nous avons besoin de cet espoir de victoire. Nous devons le faire. Peu importe ce qu’il nous en coûte.

L’Ancien Songe. Un jeu auquel nous pouvons enfin participer et où nous avons une chance de gagner contre Aïon. Un jeu où les Rats ne seront plus les proies.


Fin du rapport de la mission « De proie à chasseur ».


En espérant qu'elle vous à plus, j'ai essayé de rajouter davantage d'éléments scénaristique, d'aborder le thème de l'église du Rat (tout de même important concernant Arpège…) et d'illustrer les remparts, règle concernant la navigation sur le REZO citée dans de l'Erreur est Humaine. :)


Comme je l'expliquais plus tôt, nous avons travailler dur avec Epinards pour rédiger un scénario qui vient s'inspirer des trois nouvelles de ce sujet : http://www.shaan-rpg.com/forum/?action=viewtopic&t=569.0. Âme sensible s'abstenir… Nous sommes plutôt content du résultat et nous pensons qu'il sera vraiment fun à jouer ! N'hésitez pas à nous donner votre avis ! 😉


Les archives perdues d'Arpège posté le [22/08/2017] à 10:16

Vraiment très chouette ! Ca introduit très bien l'objectif du scénario et ça donne un peu de saveur aux Allumés qu'on sera d'autant plus tristes de voir mourir pendant le scénario !)


Les archives perdues d'Arpège posté le [22/08/2017] à 12:41

Cool c'était l'objectif recherché ! :)


Merci pour ton retour :)


Les archives perdues d'Arpège posté le [22/08/2017] à 13:13

C'est juste énorme! 😉


C'est parfait pour mettre le MJ dans l'ambiance du scénario et lui donner une vue d'ensemble; l'avantage, c'est que de la façon dont il est rédigé, tu peux presque le lire aux joueurs car il donne l'objectif sans trop en dévoiler (si ce n'est l'existence de l'incarnation qu'il pourrait être intéressant de ne pas dévoiler dès le début…)


c'est ce qui est frustrant dans les textes d'introduction parfois: ils ne sont au final lus que par trop peu de gens ^^


Les archives perdues d'Arpège posté le [22/08/2017] à 14:45

Merci Krikroune ! 😀


C'est vrai que ça aurait pu être cool… A la rigueur les joueurs pourront le trouver sur les consoles d'Harmonie 2 si le MJ souhaite leur donner 😉


J'aime l'idée de rajouter quelques éléments de background (des textes, des légendes, etc) à des scénarios, libre au MJ d'en tenir compte ou pas, ou de le faire partager. Mais ça raconte des histoires pour s'approprier un scénario c'est agréable je trouve :)


Pages : 1 2