Bienvenue visiteur, pour poster sur ce forum vous devez vous enregistrer.
Présentations Flux RSS MembresRecherche
Pages : 1
Les archives perdues d'Arpège
Les archives perdues d'Arpège posté le [18/06/2017] à 16:07

Bonjour à tous,


J'ouvre ce topic pour faire partager une nouvelle que j'ai écrite sur Arpège, et avoir vos retours dessus. J'espère que d'autres personnes se joindront à moi pour partager leurs oeuvres car je suis très curieux et fan de tout les background possible et imaginable.


Pardonnez mes fautes quand vous les verrez (j'essaie pourtant, j'essaie…) et j''espère que cela vous plaira. Il y a plusieurs clin d'oeil, donc si certain reconnaissent des secrets x ou y ne les révélons pas pour laisser le plaisir de les découvrir 😉


En attendant, ça commence :


Dernier enregistrement sur serveur sécurisé. Morte Saison, semaine des constructions rudimentaires, Lödsi, 9h52 du matin. Enregistrement des événements liés à Tim Odao lors de sa neuvième mission de protection du sénateur Arthur Ming.


Une araignée.

J’arrive enfin à mettre un mot sur ce que m’évoque la bague de Monsieur Ming. J’ai remarqué qu’elle est légèrement plus grosse quand je l’accompagne sur Arpège. Sans s’en rendre compte, il doit y attacher une grande valeur et il l’imagine plus belle qu’elle ne l’est en réalité. C’est ça le pouvoir du REZO : l’imagination.

Je sais de quoi je parle, c’est mon métier. Gardien d’Arpège, un dérivé du métier de Cybérien en plus spécialisé en quelques sortes. Vous n’en trouverez pas beaucoup, c’est un service de protection de luxe. Cela demande une grande expérience et une grande maitrise des voyages sur divers REZO. Je suis chargé de protéger un ou plusieurs individus lorsqu’ils naviguent sur Arpège.

Peu de gens sont capables de créer une succession de porte traversant une dizaine d’univers en quelques minutes. C’est ce que l’on nomme un « chemin de fuite » et c’est la première règle lors de mon travail : prévoir la fuite. Cela équivaut aussi pour discerner les attaques d’intrusion ou lorsqu’un inconnu tente de pirater le serveur sur lequel mes clients sont situés : les bugs de répétition, les changements de couleurs, une fissure qui disparait d’un mur, un Leïmos sans ailes, une fenêtre subitement fermée, un fleuve où le courant est inversé, etc… Peu de gens sont attentifs à ces détails, mais ce sont les premiers signes de piratage.

Dans ces situations, la création est le maitre mot sur Arpège. Une arme, un mur, un véhicule, même un insecte peut vous sauver la vie si vous réussissez à le créer assez vite. Et la seconde sécurité est d’enregistrer tout ce qui se passe sur un serveur sécurisé. Toutes mes pensées, tout ce que je voie, tout ce que je dis et tout ce que j’entends.

C’est dans tous ces éléments que se situe mon talent. La réalité ne m’a que peu de récompensé physiquement et mentalement. Je ne suis rien dans les ruelles de la Technopol. Même au 3ème niveau du cercle d’or, la populace m’insupporte. En bas de chez moi, le bar nommé l’ABC regroupe tout les imbéciles joyeux qui philosophe en se remplissant le gosier, jusqu’à ne plus pouvoir parler. Enfant des grandes familles, poètes en mal d’amour, ou pire : des feelings aguicheuses et sentimental à la fois s’y mélange dans un chaos supposé être des échanges intelligent faisant progresser la société… Des êtres insignifiants en somme.

C’est dans ce bar que s’est fait enlever la fille des grandes familles il y a plusieurs semaines. On ne parle plus que du groupe de Nécrosiens qui a fait le coup sur les chaînes du REZO. Grâce à eux, l’Assemblée Héossienne a enfin accordé une armée à Pablo Sanaka pour chasser toutes ces vermines d’Héossie. Leurs visages sont diffusés partout, ils ne feront pas long feu, surtout s’ils remettent les pieds à Käm.

Arpège possède tout ce qu’Héossie n’a pas. Pour moi, les êtres vivants le sont moins que ceux qui ne le sont pas… Je n’aime personne. Je ne suis attaché à rien. J’ai essayé la luxure et la gourmandise, l’art sous toutes ses formes. Rien n’est aussi séduisant que la création pure et parfaite du REZO.

Je divague. Je dois me concentrer.

Depuis que je suis officiellement chargé de la sécurité du sénateur Ming, je suis de plus en plus stressé. Je n’ai jamais eu de client aussi important depuis le début de ma carrière, et j’ai peur que les menaces soient plus conséquentes. Il est régulièrement connecté au REZO et je ne dois jamais quitter mon domicile pour être prêt à me connecter à n’importe quel moment. Je ne l’ai rencontré qu’une seule fois dans la réalité, et c’était de sa propre volonté afin de voir à qui il confiait sa sécurité.

Ce que je ne comprends pas, c’est que jusqu’à présent, il s’est toujours enfermé seul dans un coin sécurisé du REZO. J’attends inlassablement derrière cette porte et je n’ai jamais vue ce qu’elle dissimule. Interdiction de pénétrer dans ce secteur, même en cas de danger. Et, sauf un Cybérien extrêmement doué et capable de se camoufler, je ne vois aucun autre esprit en ligne à chaque connexion… S’isolerait-il pour se recueillir ?

Après tout les affaires du Sénateur ne sont pas les miennes.

Mes virus espions me signalent subitement des programmes infiltrés. Je ne peux rien faire, on dirait qu’ils sont indépendants, presque vivants. Mon cœur panique. Je ne remarque rien autour, pas de piratage, pas d’anomalie.

Cela fait quelques minutes, rien d’anormal. Je devrais évacuer le sénateur, mais je n’ai pas le droit de pénétrer dans la pièce… Cependant s’il lui arrive quelque chose, je ne pourrais plus jamais exercer ce métier…

J’hésite.

Je me lance. Mieux vaut être licencié s’il ne se passait rien que de perdre la possibilité de gagner ma vie si le sénateur perdait la sienne.

La porte s’entrouvre et j’entends une voix d’enfant finir sa phrase « … qu'une précaution mon garçon, je ne doute pas de la réussite de ton entreprise. ».

La porte que je venais de passer a disparue. En face de moi, une immense plaine, m’évoquant certaines images du Shaaken que j’avais déjà pu admirer. A plusieurs mètres de distance, un immense lac, et derrière, de titanesques montagnes recouvertes d’un manteau de neige.

La voix venait d’une adolescente assise sur un banc avec monsieur Ming. Une blonde au cheveux ondulés et portant une robe blanche d’une pureté incroyable. Je ne les vois pas clairement, mais ils semblent proches tout les deux. Elle se leva lentement dans un grand silence.

Ses pieds nus entrèrent lentement dans l'eau sûrement glaciale et à leur contact celle-ci vira au noir. La jeune fille se laissa porter par Le courant jusqu'au centre du lac et, depuis ma position, ne devint plus qu’un point noir à l’horizon.

Le spectacle que je venais de voir m’avait fait oublier l’urgence de la situation. Il faut que j’intervienne et que j’exfiltre le sénateur de ce REZO au plus vite. La jeune fille… « … ne m’a pas vue. Le sénateur passera peut être sur mon erreur. C’est que tu te disais n’est-ce pas ? »

Un sursaut avant de constater que la jeune adolescente est à présent derrière moi. Sa voix cristalline semble dénuée d’émotion. Je remarque un rictus de colère et de déception sur le visage de monsieur Ming.

Mais peu m’importe. Peu m’importe de perdre mon emploi. Peu m’importe de me faire discréditer et de ne plus pouvoir exercer. Je suis tétanisé et fasciné.

Voilà ce que j’ai recherché toute ma vie. Cette jeune fille maitrise tout l’univers qui nous entoure, je le sens. Elle pourrait écraser mon esprit et l’emprisonner d’un simple sourire. Elle est parfaite. Elle est le REZO, elle est Arpège. Comme une divinité d’un monde qui n’existe pas. De plusieurs mondes même.

« Peu d’esprit sont assez doté d’assez de discernement pour reconnaître ce que je suis au premier regard. C’est dommage… »

La plaine dans laquelle nous étions s’effaça. Le noir, le vide. Même le sénateur n’était plus présent. Seulement elle et moi, dans le néant, isolés. Je suis tétanisé, incapable de bouger. Ma vie ne tient qu’à un fil et elle le sait. Je suis heureux. Je suis heureux de lui appartenir. Et je comprends mieux l’araignée : je suis dans sa toile. A l’inverse de beaucoup de ses victimes, je ne me débat pas. Un petit sourire de joueuse s’affiche sur son visage.

« J’aime chasser. Alors cours s’il te plait. »

Sans réfléchir, par instinct de survie, je prends mon chemin de fuite. Une porte après l’autre, je traverse plusieurs univers. Je ne raisonne que par instinct, je cours, sans réelle conscience du présent. La première porte se dessine : j’arrive dans les faubourgs d’une grande cité, au milieu de la nuit, dans les cuisines extérieures d’un restaurant. Une entité virtuelle prenant la forme d’un Ygwan me regarde sans comprendre d’où je viens. Puis je vois dans ses yeux qu’il vient d’être corrompu et parasité par la jeune fille. Une pulsion de meurtre. La mienne. J’imagine une arme dans ma main qui apparait l’instant d’après. Un bruit. Un mort. Puis je reprends ma route avec la prochaine porte.

Je traverse une salle souterraine, puis une caverne dans la glace. Elle me mène à une ville sous la mer, qui elle-même m’amène dans une maison isolée dans une forêt. C’est là qu’est la dernière porte : taillée discrètement dans un tronc.

Finalement, j’arrive dans le bunker : une pièce spécialement conçue pour s’isoler et résister à l’assaut de divers pirate. Un lieu dans lequel protéger mes clients le temps qu’ils se déconnectent en quelques sortes.

Mais contre elle, ça ne tiendra pas. On ne peut pas lutter contre ça. Je n’ai que quelques secondes, quelques minutes tout au plus.

J’ai le temps de me déconnecter. De fuir dans la réalité. Mais jusqu’à présent j’ai toujours fuit la réalité à travers le REZO. Et j’ai vue ce que je ne devais pas voir, des hommes du sénateur sont déjà en route vers mon domicile pour me supprimer.

Mon bunker me fait souvent honte. C’est ma chambre, lorsque j’étais enfant. Elle n’est guère belle, ni décorée, mes parents étaient pauvre. Je n’ai que ma console Arpège. C’est à travers elle que je me déconnecte d’habitude, c’est une interface déguisée.

Je m’allonge sur le sol, adossé contre mon lit d’enfance. J’ai le souffle coupé, c’est la première fois que je me sens aussi vivant et aussi réel.

Je n’arrive pas à m’ôter le visage angélique de cet enfant. De cette déesse.

Un choix s’offre à moi. Ma décision est déjà prise. Elle a toujours été prise. Je n’ai simplement pas eu l’occasion de l’exercer.

Je ne sais pas ce qu’elle fera de moi. Peut-être me détruira-t-elle. Peut-être m’utilisera-t-elle. Ou peut-être m’ignorera-t-elle, car après tout, comparé à elle, je ne suis rien.

Mes barrières vont céder. Mes pensés seront bientôt coupées de mon serveur privé et ne seront plus enregistrées. Cela ne me gène pas, car j’ai déjà peur que ces enregistrements soient trouvés et utilisés contre elle. J’espère que les hommes d’Arthur Ming vont le retrouver et le détruire après s’être débarrassés mon cadavre.

Mes barrières cèdent. La voilà à nouveau en face de moi, son visage toujours froid, comme si l’on pouvait y inscrire ce que l’on souhaitait. Ses dernières paroles raisonnent encore…

« Je comprends mieux. Je n’avais pas saisie. Tu ne sais pas où es ta place. C’est donc te rendre service… »

Je m’en vais me perdre dans ses bras.

Merci.


Fin de connexion.


Voilà j'espère que vous avez aimez ! Et j'espère ne pas avoir narré des éléments qui ne s'inscrivent pas dans l'oeuvre. N'hésitez pas à poster toutes vos oeuvres !


PS : oui c'est vrai, c'est un peu sombre comme vision… Il en faut !


Les archives perdues d'Arpège posté le [19/06/2017] à 10:46

J'aime beaucoup, le fait que ce soit sombre ne me dérange pas, ça se prête très bien au propos et à certains aspects de Shaan 😉


si la petite fille est bien qui je pense, c'est peut-être la seule chose sur laquelle je diffèrerais…dans le sens où je ne l'imagine pas se grimer sous des atours de pureté ou de "faiblesse"…

mais j'avoue que cette image marche très bien surtout lorsqu'elle teinte la surface du lac de noirceur, le contraste renforce énormément le ressenti ^^


Les archives perdues d'Arpège posté le [19/06/2017] à 11:23

Merci pour ta réponse ! 😀


La petite fille, pour la description, je l'ai reprise je n'ai rien inventé. J'avais moi aussi des appréhensions sur sa description. Finalement j'aime bien l'idée de la petite fille, ça rajoute un petite côté angoissant.


L'idée principal c'était de créer un parfait inconnu au milieu de situation et personnages connues. Créer une petite histoire pour mettre en avant Arpège et la vie dans le REZO.


J'ai d'autres idées sur des rapports perdu d'Arpège, j'en réaliserais que je posterais également sûrement. Après avoir corrigé celui-ci bien entendu… 😳


Les archives perdues d'Arpège posté le [19/06/2017] à 16:53

en tout cas, personnellement je te remercie de cette publication car elle a le mérite de me (re)donner envie de développer le côté Arpège de Shaan que j'ai eu peu l'occasion de faire explorer à mes joueurs…


le seul qui s'en soit "approché" s'est contenté d'aller dans l'équivalent d'un cybercafé à Käm pour glaner des renseignements sur une personne sur l'équivalent de google ^^


Les archives perdues d'Arpège posté le [19/06/2017] à 17:32

C'est moi qui te remercie 😀


Arpège est un monde à part, on peut tout inventer dedans c'est cela qui est merveilleux ! :mrgreen:


Peu de joueur (ou de MJ) se dirige vers cet élément je pense. Les règles décrites dans l'erreur est humaine sont pourtant super intéressante et peuvent être modulées. Tout repose sur l'imagination des PJ et MJ, après je trouve cela très intéressant pour des scénarios.


Je te remercie pour ton compliment en tout cas. Et si tu arrive à faire jouer tes joueurs sur Arpège je serais très curieux de lire ton compte rendu de partie pour voir l'aventure ! :)


Les archives perdues d'Arpège posté le [22/06/2017] à 14:33

C'est vraiment très chouette Thoms !


Les archives perdues d'Arpège posté le [22/06/2017] à 17:36

Merci Igor ! 😀


Mais je suis au regret de te dire que c'est surtout votre travail qui est chouette ! 😉


Les archives perdues d'Arpège posté le [22/06/2017] à 20:20

pourquoi "au regret"? 😀


Les archives perdues d'Arpège posté le [22/06/2017] à 20:46

Merci, mais au sein de ce forum, on se dit "tu" :)


Les archives perdues d'Arpège posté le [23/06/2017] à 07:38

pourquoi "au regret" ? 😀


Par jalousie car ce n'est pas moi qui l'ai inventé 😈 Non je plaisante Krikroune c'était une façon de parler x)


Merci, mais au sein de ce forum, on se dit "tu" :)


C'était pour remercier ton travail (rendons au maître ce qui est au maître car c'est ton travail avant tout !) et celui de la communauté qui a pu l'enrichir :)


Les archives perdues d'Arpège posté le [23/06/2017] à 16:04

Génial, j'ai vraiment adoré!!! Il y a un mix entre matrix et inception et j'aime beaucoup la description que tu fais d'Arpège.


Je fais parti de ces MJ qui ne savent pas bien faire jouer le Rezo et tu m'a donné un tas d'idée pour rendre cela hyper vivant.


Spoiler :


Concernant la petite fille je pars du principe qu'il s'agit de son apparence originel, celle que lui ont donné les concepteurs de l'Arche quand elle n'était encore que Morphée.Ce que tu en as fait, le fait qu'elle traque ses proies(comme les pretes de l'église du Rat) correspond parfaitement au personnage comme la possibilité de s'incarner a travers d'autres etres du rezo. Je suis toujours parti du principe qu'elle adapte son apparence à son interlocuteur: si par exemple elle devait s'entretenir avec un membre du Senat Secundus sans passer par Ming elle prendrait l'apparence d'un vieux patriarche


D'ailleurs il y a une petite coquille concernant la jeune fille qui est de mon fait: elle est tantôt décrit blonde ,tantôt rousse selon les passages. J'ai changé la couleur en cours de route pour ne pas qu'il n'y ai pas de confusion avec Sarah qui est décrit par Lucius Guevara ,donc la jeune fille est sensé être rousse mais j'ai oublié de faire certaines modifications… :( (boulet un jour, boulet toujours)


En tout cas je suis preneur de tout tes recits sur le rezo. Bien qu'il soit dur à masteriser je pense qu'il pourrait mériter une campagne à lui seul!!!


Les archives perdues d'Arpège posté le [23/06/2017] à 17:58

Personnellement, le fait que la description change en cours de route ne me dérange pas, ça peut même donner un côté intriguant à la chose, être un symptôme d'une certaine instabilité


Les archives perdues d'Arpège posté le [23/06/2017] à 21:08

Merci Telemnar12 ! Cela me fait particulièrement plaisir comme compliment venant de toi 😀


Spoiler :


(car, tu as bien du t'en rendre compte, je me suis tout de même inspiré d'une partie de ton travail excuse moi… Tu n'avais qu'à pas aussi bien travailler ! 😉 )


Pour ma part je suis MJ débutant et je n'ai pas encore eu l'occasion de faire jouer le REZO… Je pense que ma difficulté se situera sur la fluidité entre jet de dés/actions possibles ou réalisables de la part des joueurs (donc leur faire naître des idées)/et mise en scène.


Personnellement je suis de l'avis de Krikroune, je trouve même très bien qu'elle change d'aspect (si j'avais su je l'aurais intégré au récit…) car après tout cela marque un trait instable du personnage.


Spoiler :


Tout en démontrant un pouvoir inquiétant qui expliquerais aussi la difficulté de ceux qui la traquent. D'autant que l'on sait que Morphée à voulu se donner une image plus masculine en devenant Aïon car les hommes ont plus de pouvoir (comme tu le disais en prenant l'apparence d'un vieux patriarche par exemple) donc changer d'apparence lui correspond plutôt bien. J'aime beaucoup ton travail sur ce personnage tu lui as donné un vrai charisme mystérieux et inquiétant, c'est ce que j'ai voulu essayer de reproduire également.


En tout cas merci pour vos retours :) Je vais dans un premier temps corriger ce texte ce week end je pense, puis commencer la rédaction de nouveaux. J'ai quelques idées encore sur ce thème des archives perdues 😉


Pages : 1